Accéder au contenu Accéder à la navigation Accéder à la recherche

Office municipal HLM de Nanterre

Un peu d'histoire : Raymond Barbet

RAYMOND BARBET

Maire de la ville de 1935 à 1973, député de Nanterre-Suresnes de 1962 à 1978 et Conseiller Général de la Seine de 1937 à 1967.

Pose d'une premiére pierre   Archives municipales      Fernand Baillet, Yves Saudmont, Raymond Barbet

Raymond Barbet est né en 1902 à Chartres. La famille s’installe à Nanterre en 1915 car le père travaille aux établissements Lorilleux (fabrique d’encres d’imprimerie).

Très vite, Raymond Barbet s’engage dans la vie professionnelle, d’abord comme apprenti ajusteur. Il adhère au syndicat des métaux en 1923, puis au Parti Communiste Français en 1924. Pacifiste et anti-colonialiste, il participe aux nombreuses manifestations et actions contre la guerre du Rif. Il rentre à la SNCF au moment de la crise de 1929, comme ajusteur. 

Il est élu maire de la Ville en 1935. 

Du Front populaire à la seconde guerre mondiale

Dès le mois de mai 1936, la municipalité apporte son soutien aux grévistes qui occupent les usines de Nanterre en instituant pour la durée du conflit un système de repas gratuits jusqu’aux accords de Matignon du 7 juin (augmentation généralisée des salaires de 10 à 15%, semaine de 40 heures, congés payés…).

En avril 1937, la ville achète le château d’Hautefeuille. Il est aménagé en quelques mois et dès le mois de juillet, 112 petits Nanterriens prennent possession du château pour la première colonie de vacances.

De nombreux travaux sont effectués dans les écoles existantes, et d’autres équipements sont construits. C’est aussi le début d’une volonté politique d’accès à la culture des travailleurs (la subvention communale est portée dès 1936 à 20 000 Francs (au lieu des 600 accordés par l’ancienne municipalité). 

En octobre 1939, le conseil municipal est « suspendu » par décret du président de la République, et remplacé par une délégation spéciale nommée. Raymond Barbet déchu de ses mandats est arrêté le 19 décembre 1939 et interné à Fort-Barraux d’où il s’évade en septembre 1940. Il devient l'un des dirigeants de la Résistance dans le secteur des cheminots à Paris. 

Après la guerre, la reconstruction et un développement fulgurant

En 1945 aux élections municipales, les Nanterriens choisissent à plus de 53% la liste conduite par Raymond Barbet. Nanterre, comme la France, s’est remise au travail et consacre ses efforts à la reconstruction (reconstruction d’Hautefeuille, reprise de travaux suspendus, création de l’école municipale de musique, ouverture de la crèche rue de Pongerville en 1947, premier centre de santé municipale en 1949 rue du chemin de fer, rue Maurice Thorez aujourd’hui), construction du stade Gabriel Péri en 1948).

Le 25 octobre 1948 Raymond Barbet est révoqué par le ministre de l'intérieur, Jules Moch, pour avoir organisé la solidarité avec les mineurs de charbon en grève. Il redevient maire le 28 mai 1950.

En 1951, la municipalité obtient l’autorisation de fonder son Office public HLM. Il lui a fallu batailler trois ans pour conquérir ce droit que le ministère de la Reconstruction lui refusait. Elle obtient l’autorisation de construire sa première tranche d’immeubles HLM le 17 février 1953, il s’agit de la résidence Paul Vaillant-Couturier (32 logements) située dans le quartier du Mont-Valérien. 

A la fin de son mandat municipal (il quitte le conseil municipal pour se consacrer entièrement à son mandat de député en juin 1973), l’Office municipal compte alors près de 6000 logements.

(Sources: Société d'histoire de Nanterre)

1965. La compagnie Pierre Debauche s'installe à Nanterre
De Gauche à droite : Jacques Pineau, Sylvia Montfort, Raymond Barbet, Pierre Debauche