Accéder au contenu Accéder à la navigation Accéder à la recherche

Office municipal HLM de Nanterre

Actualités

CITE MAG 55 AVRIL 2018

Actualités >>

AU SOMMAIRE DE CE NUMÉRO 55
SLS...TVA...RLS... HOLD-UP SUR L'OFFICE
Page 2 : En vue
Mai 68 ici et encore
Page 3 : Éditorial
La marchandisation du logement social est en marche...
Pages 4-7 : Du côté du C.A.
UN BUDGET CONTRAINT
CE BUDGET QUI SE CONTRACTE...
- Les grands travaux en chiffres
PLONGÉ DANS LA FUTUR LOI ELAN
Pages 8-9 : Actualité
LES CHIFFRES DU SLS
LE CONSEIL D'ADMINISTRATION AU COMPLET
L'ENQUÊTE SUR L'OCCUPATION DU PARC SOCIAL EST LANCÉ
FIN DES TARIFS SOCIAUX DE L'ENERGIE
Page 10-11 : Dosssier
RÉSIDENTIALISATION DE KOMAROV
LE CONSTAT DE SORTIE ÉVOLUE
L’ACCÈS AU LOGEMENT SOCIAL EST MENACÉ !
Pages 12 -14 : La vie de l'Office
PROVINCES-FRANÇAISES : BIENTÔT LA SORTIE DU TUNNEL ?
ACCIDENT À L’IMMEUBLE « LORRAINE »…
LES TOURS AILLAUD À L’HEURE DE LA CONCERTATION
DES COSMONAUTES SUR LES TOITS…
DÉRATISATION ET DÉSINSECTISATION :
POINT SUR LA PRESTATION
Page 15 : Expressions Libres 
 
EDITO
La marchandisation du logement social est en marche…

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, le secteur du logement social vit une accélération considérable du processus de marchandisation de son activité.

Je parle bien d’accélération, car la démarche est engagée depuis longtemps, avançait son petit bonhomme de chemin, et les organismes HLM veillaient jalousement à conserver un certain nombre de leurs valeurs. Pourtant, entre la création de l’APL (qui visait avant tout à solvabiliser les augmentations de loyers), la baisse continue des financements de l’Etat (jusqu’à leur quasi-disparition aujourd’hui), la création des OPH ou la baisse des plafonds de loyers, rien de vraiment positif n’est venu conforter le statut des organismes de logement, et en particulier des offices, durant ces 40 dernières années.

Avec la future loi ELAN, qui devrait être adoptée dans le courant de l’année, le choix fait par le gouvernement est d’une grande clarté. Les technocrates macroniens, qui dessinent les contours de la France de demain, ne supportent pas que les sommes considérables qui transitent par les bailleurs sociaux soient de l’argent qui ne profite qu’au logement social.

Prenons le cas de l’Office : nous venons de voter un budget rendu très difficile par les décisions de la loi de finances 2018. Notre organisme touchera cette année 45 millions d’euros environ, constituée des loyers des locataires. Cet argent, qui peut apparaître considérable, servira à rembourser nos emprunts, à régler nos impôts, à payer notre personnel, etc… Quand au petit delta qui se dégagera, nous l’utilisons pour financer nos grands travaux et nos constructions neuves. Résultat : tout l’argent perçu des locataires retournera aux locataires, sous une forme ou sous une autre, et la boucle est bouclée. Pas d’actionnaire à rémunérer, ni de financiarisation de l’argent brassé…

Lorsque l’on additionne tout l’argent circulant au sein des offices, on comprend mieux que ces milliards d’euros fassent des envieux, que certains considèreraient bien plus productifs s’ils étaient placés sur les marchés financiers.

C’est tout le drame de ce qui se trame derrière cette loi ELAN : la marchandisation avance à marche forcée, comme dans d’autres secteurs de notre économie tels que les enjeux ferroviaires, par exemple.

Les offices, dans leur ensemble, auront-ils la force de résister à cette marche en avant libérale ? Ce sera l’une des questions qui rythmera cette année 2018. Mais ce combat, non seulement idéologique mais aussi protecteur de droits pour les locataires, devra être mené, comme l’avait été l’an passé la lutte contre l’instauration de la Réduction de Loyers de Solidarité…

Nous sommes tous concernés.

Marie-Claude Garel,
Présidente

 

Les grands travaux

GRANDS TRAVAUX 2017 par Antenne

Retrouvez l'intégralité des travaux 2017 par antenne. Comme chaque année, une part importante de l’enveloppe financière réservée sur le budget de l’Office pour les petits, moyens et grands travaux

» Lire la suite

» Toutes les actualités
des grands travaux